Association de sauvegarde du patrimoine saulcéen

A.S.P.S.

L'opération "Cloches de Pâques" (article de presse)

Ci-après un article du Courrier de l'Eure sur l'opération "Cloches de Pâques" du 27 mars 2021 devant la maison du sonneur sur la Place du Cloître (avec l'aimable autorisation de la correspondante locale, Gisèle CAVALIER) :

Article cloches Paques titre

Samedi 27 mars se tenait l’exposition les « cloches de Pâques » dans le centre historique de la Saussaye. L’Association Sauvegarde du Patrimoine Saulcéen et son président Lionel Chollet, accompagné de Joël Quatrehomme et Rodolphe Pelletier, ont présenté sur des panneaux l’historique des cloches de la Saussaye.


L’association a organisé une vente de cloche de Pâques en chocolat. Quatre-vingt-dix petits paquets avaient été préparés pour la vente à emporter. L’association ASPS compte 120 adhérents, elle contribue à la restauration du patrimoine de la commune. La chapelle Saint Martin la Corneille a été partiellement restaurée grâce aux contributions des adhérents et à toutes les manifestations qui ont été programmées depuis des années. En 2020 tous les rassemblements ont été annulés. « Nous souhaitons que cette pandémie soit éradiquée au plus vite, afin que nous puissions redonner de la chaleur à notre village pour faire renaître la convivialité et pour pouvoir donner vie à tous nos projets » nous indique Lionel Chollet.

Article cloches Paques photo

Chaque année, en cette période, tous se remémorent la coutume qui lie entre elles les cloches et la fête de Pâques : les cloches de la Collégiale se sont envolées il y a quelques semaines. Celles-ci ont une histoire de plus de six siècles.


L’histoire des cloches de 1317 à 1890

La Collégiale, construite en 1317 par Guillaume d’Harcourt, avait pour but d’abriter un collège de treize chanoines. La toiture de l’église ne comportait qu’un petit clocher. Celle-ci était en bois, couverte de plomb et se dressait sur le faîte du chœur. Quatre petites cloches, suspendues à de légères arcades, convoquaient les chanoines aux offices. Lors du décès en 1327 de Guillaume d’Harcourt, son épouse Blanche d’Avangour fit construire en 1340 la tour-clocher qui existe encore de nos jours.


Les incendies

Le jeudi 3 août 1553, en raison d’une négligence, la collégiale s’embrassa, et seules, quelques murailles restèrent debout. En 1557 quatre petites cloches sortaient des ateliers d’un fondeur rouennais, et elles ont été placées dans la flèche ajourée qui avait été rebâtie à l’identique. Mais il fut très difficile de remettre en place les quatre grosses cloches du beffroi, qui était à reconstruire. En 1564 un tuilier s’engagea à fournir la brique nécessaire à la construction d’un fourneau et un charpentier fournit le bois nécessaire pour ériger le beffroi et pouvoir enfin suspendre les quatre grosses cloches. La plus grosse fut nommée Guillaume en reconnaissance au fondateur, la deuxième Antoinette, pour les bienfaits de la princesse Antoinette de Bourbon, le troisième fut appelée Louise en l’honneur de Saint Louis, et pour la quatrième, c’est le nom de Marie qui fut choisi. L’ensemble de cette sonnerie traversa calmement deux cents ans d’histoire.
Les décrets révolutionnaires du 21 Thermidor 1793 : ne laisser qu’une cloche dans chaque creuset révolutionnaire
Sous la Révolution, les années de la Terreur imposèrent de retirer de l’église sept cloches pour les fondre et les reconvertir en canon. À grands coups de masse on brisa « le Gros Guillaume » et les six autres. Les morceaux de métal furent livrés aux fonderies de Romilly-sur-Andelle.

Nuit du 31 mai 1875 : nouvelle catastrophe

Nouvelle catastrophe en 1875, la tour s’embrasa. Les trois magnifiques cloches qui avaient été remise en place vers 1850 tombèrent avec un grand fracas. Deux étaient en complète fusion, la troisième fut brisée dans sa chute. On refondit en une seule cloche tous les débris de métaux retrouvés dans les décombres. En 1876 la première cloche fut remise en place dans le clocher avec pour nom Marie-Gustave-Charlotte, accompagnée en 1890 de deux nouvelles cloches. On voit que depuis six siècles la Collégiale a toujours abrité des cloches. Nous entendons encore aujourd’hui leur son, elles rythment la vie quotidienne de la commune depuis plus de cent ans !

La maison du Sonneur

Face au puits, on trouve la jolie maison du Sonneur. Une majestueuse cloche de plâtre orne sa façade, et rappelle la fonction des anciens maîtres du logis : le dernier sonneur, Monsieur Goujon est mort en 1977, âgé de 78 ans. Lionel Chollet explique : « Au siècle dernier, le garde-champêtre devait parmi ses missions assurer le remontage de l’horloge du clocher ainsi que les sonneries trois fois par jour. La servitude des sonneries des cloches cessa en 1957 avec leur électrification. »

Les visiteurs sont venus chercher leurs cloches en chocolat et ont pu s’informer sur cette belle page d’histoire locale.


Source principale : Etienne Pellerin, bulletin, société de l’Histoire d’Elbeuf, avril 2002.